Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je suis très en retard, aussi pour me faire pardonner, je vais écrire un prologue d'enfer, car ce week-end démarrait par un orage carabiné, afin de bien faire comprendre aux 16 présents qu'il était temps de préparer les capes de pluie.

La nuit s'annonçait calme, mais André, très sensible sous ses airs de vigie auvergnate, tira rapidement la sonnette d'alarme.

Et oui le printemps était là et les punaises (dans un premier temps j'avais écrit puce, mais une contribution de spécialistepunaise m'a remis dans le droit chemin) et autres bestioles étaient sorties de leur léthargie hivernale et elles avaient 2010-0429-St-Engrace-09faim.

Nuit donc pas de Chine, ni caline et encore moins d'amour (encore que y en a que ça émoustille).

Un petit mot aussi sur le retour, j'en connais un qui en rentrant chez lui a tout mis : sac à dos, drap, livres, vivres .. au congélateur.

Je me demande même s'il n'a pas essayé d'y entrer également avec sa voiture.

Je fais beaucoup pour éléver le niveau culturel car maintenant, vous connaissez d'où vient l'expression "être givré"


Et les randos, j'y viens, voici le compte-rendu de Jean-Claude :

Bravant des prévisions météorologiques déprimantes, 16 pèlerins on remonté le (mauvais) temps pour venir se réfugier à Sainte-Engrâce, non pas dans l'illustre église du 12ème siècle, avec son cimetière attenant, mais dans le gîte juste en face construit bien après. Bien leur a pris de s'y mettre à l'abri pour la nuit car un orage est passé par là, déversant des trombes qui dévalaient la route.

Au réveil, après une nuit sereine pour les uns, agitée pour d'autres (à force de chercher la petite bête, on finit par la trouverpunaise lit … Affaire d'initiés), le moral de la petite troupe était aussi bas que la couverture nuageuse. Profitant d'une accalmie, les deux groupes se sont rendus chacun sur leur champ d'opération. S'étant assez profondément enfoncé en territoire espagnol, bien au-delà du col de La Pierre St-Martin, le groupe 1 réussit à trouver le soleil sans toutefois parvenir à le faire prisonnier. Le groupe 2, fidèle à la tactique mise au point mais sans toutefois réussir à passer au travers de toutes les gouttes, est parvenu à boucler le tour des gorges de Kakouéta. 20 km pour 950 m de dénivelée et après avoir souvent joué à saute-mouton avec les nombreux arbres couchés par la tempête "Xinthia". Une fois rentrés, tout ça méritait bien un juste apéritif devant le feu de cheminée tout en échangeant les souvenirs d'anciens combattants… de la rando.

Kakouéta 029Le dimanche matin, comme plus ou moins sous-entendu par la météo, les sommets alentours étaient visibles. Grisé par sa hardiesse de la veille, le groupe 1 est reparti en Espagne, convaincu qu'il allait y  retrouver le soleil là où il l'avait laissé et, surtout, persuadé qu'il allait pouvoir regarder de haut le groupe 2 se débattre dans les gorges d'Ehujarré. Quelle désillusion quand les nuages sont subitement revenus, enveloppant les cimes et ramenant ce petit monde à sa … courte vue! Randonner la tête dans les nuages, c'est l'abandon total… Pendant que le groupe 1 errait quelque part sur ou entre les crêtes, le groupe 2 progressait au fond des gorges d'Ehujarré (700 m de dénivelée). Dans ce site vieux de plusieurs dizaines de millions d'années, comment ne pas imaginer nos aïeuls cheminant, comme nous, avec leur sac à dos et leur tenue de pluie de l'époque, sans carte ni boussole et susceptibles d'y rencontrer les hôtes dont l'hospitalité n'était peut-être pas la première vertu. Après une pause assez brève  sur le plateau d'Erraizé, retour vers Ste-Engrâce. Surprise : 16 au départ le matin, 16 au retour. Ce n'est pas drôle ! J'en soupçonne d'avoir semé des petits cailloux …

Après le "pot" de fin de randonnée pris au gîte, ces "croyants" d'un week-end sont rentrés au bercail, persuadés qu'ils n'auraient pas fait mieux en restant chez eux.

En prime : à l'occasion d'un séjour dans le secteur, entre amis ou en famille, visitez les gorges de Kakouéta. Circuit d'environ 2 km. Durée de la visite : 2 heures. Prix d'entrée pour les adultes: 4,50 €.

 

Ah oui le canard farci était parait-il délicieux.

et les photos d'Etienne + qques-unes de Jean-Claude

Tag(s) : #coin montagne archives
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :