Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ayant  fait la veille, plus de 660 km de bagnole, le niveau 1 a choisi, pour commencer la randonnée, de partir à pied du gîte, direction 3 calanques : celles  de  port Miou, la pointe de la Cacau, la calanque du port du pin et la calanque d’En Vau. 
Le spectacle est toujours époustouflant : roche blanche, végétation bien verte,  mer bleue, un régal  et dire que malheureusement cette mer engloutit toutes les semaines de petites embarcations… 
Une observation, par rapport aux précédents séjours : les calanques sont passées parc National, de ce fait,  les chemins sont très bien balisés, les zones sensibles bien protégées par des barrières bois de type Ganivelle et des gardes du parc  qui rappellent les règles à respecter aux estivants récalcitrants. 
La descente à la calanques d’En Vau sollicite les organismes et fait renoncer une partie du groupe. Le retour au  gîte mêle les  randonneurs à pied, les plagistes, des kayakistes et  les vététistes, du beau monde.

Le deuxième jour direction parking des Baumettes, le circuit est assez technique pour du niveau 1, petite cheminée à gravir, mais vu à 360° sur Marseille, la plage du Prado, la bonne mère et le stade vélodrome, gros monument en forme de vague. 
Le retour se fait par un chemin en balcon. Au col de Sormiou , vu la température, nous décidons de ne pas descendre à la calanque de Sormiou,  chemin d’accès en plein soleil , sécurité oblige, rentrée par un chemin ombragé bien apprécié, les camelbags sont vides. 

Le troisième jour, direction parking du col de la Gineste pour descente à la calanque de Sugitton, en passant sous le mont Puget point culminant des calanques, vue sur la petite ile très typique du Torpilleur. 
Au passage au  Belvédère avec table d’orientation, Alain nous abandonne, en cause , douleur au tendon d’Achille, le rétablissement sera long. 
Le groupe poursuit sa journée, toujours ensoleillée, mêmes couleurs, mêmes senteurs. Beaucoup de monde, approcher de l’eau tient de la performance. Si l’on veut préserver le site, le projet de limiter l’accès au public semble judicieux. 

Le quatrième jour nous changeons de direction et partons à l’est de Cassis vers le cap Canaille, ce massif de roches ocres,  qui surplombe Cassis et qui change de couleurs toute la journée. 
Une suite de bosses nous amène au sémaphore du bec de l’aigle, avec vue sur la Ciotat et ses chantiers navals. 
Le retour se fait en partie finale par un sentier peu utilisé où la végétation a repris ses droits, d’où quelques rayures des carrosseries. 
Pour ne pas trop  solliciter les organismes, la visite de la belle chapelle de notre dame de la garde se fera en voiture. 

Au bilan, sur le plan sportif de belles randonnées de niveau 1 dont le curseur était au maximum, en moyenne 13 km et 600 m de dénivelé, comme on dit au rugby, rando virrriles mais corrrrectes. 
Les soirées  ont été très conviviales et se sont souvent prolongées par une visite au glacier du port, glace rhum raisin chocolat, hum ! 

Texte d'Alain, photos  jour1 jour2,  jour3,  jour4 des participants.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :