Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Certain(e)s apprécieraient la vie de château ; d'autre(e)s, pas du tout. Alors, pour avoir une idée de ce qu'elle est, quoi de mieux que d'aller tourner autour d'un large choix de châteaux ?

8 h, parking des Petits Bouchons. Six intrépides sont au rendez-vous, venus vérifier qu'il y en aura bien un au kilomètre comme annoncé dans l'invitation à cette randonnée.

Il fait gris, gris ce matin mais chacun sait que les grigris portent bonheur. Question de foi ? Peu importe le manque de lumière, elle est en nous ! Plus raisonnablement, avec une pression atmosphérique de 1023 hPa, il ne peut pas tomber des cordes.

Alors, rencontrerons-nous effectivement un château au kilomètre ? Tantôt de près, tantôt de plus loin ? Des grands et des petits, par la taille ou la réputation ? Le parcours prévu fait 25,620 km (on vous épargne les centimètres). Généreusement, nous arrondirons à 26. Ouah ! Trouver 26 châteaux ? Quelle prétention ! Trêve de bavardage, on démarre.

Le premier est tout naturellement le château Paloumey, actuellement en travaux, suivi un peu plus loin, de Felloneau, puis de Guittot-Felloneau, puis de Cambon-la-Pelouse, puis de Cantemerle, Mille Roses, Giscours, Boyd-Cantenac, Pouget, Kirwan, Desmirail, Prieuré-Lichine, Issan, Pontac-Lynch, Margaux, Malescot-St-Exupéry, Marquis d'Alesme-Becker, Ferrière, Labégorce, Maragnac, Lascombes, Martinens, Les Eyrins, Marquis de Terme, Marojalia, Palmer, Rauzan-Gassies, Rauzan-Ségla, Cantenac-Brown, Brane-Cantenac, Angludet, Le Tertre, Montbrison et, enfin, La Houringue. Ajoutons 3 châteaux d'eau et le compte sera bon. Soit un total de 37 châteaux. Si, pour certains, nous avons pu en toucher les murs, pour d'autres, nous n'en avons aperçu que les toits pointus, turlu, tutu…

Et malgré ou avec tout ça, nous sommes rentrés avant la nuit qui, à ce moment de l'année, vient à notre rencontre de plus en plus tôt. Et sans nous mouiller. Et sans tituber malgré cette virée des châteaux tous occupés à cajoler leur récolte. Et, en ce qui nous concerne, avec la conscience du travail bien fait. Ce périple aura-t-il éveillé des vocations de châtelain(e)s ? Dans ce monde-là, on reste très discret !

A la prochaine !

Texte et photos : Jean-Claude

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :