Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

C’est parce que le ruisseau « LE CAGARÉOU » traversait la propriété des moines (château de Villepreux) qu’on l’appelle aussi « LE MONASTÈRE ». 
Cela fait déjà une semaine que l’Automne est arrivé, d’ailleurs au réveil ce matin il pleuvait, ce qui en a refroidi plus d’un pour marcher ! Mais au parking de St Aubin, nous étions tout de même huit dont trois animateurs, équipés pour la météo du jour. 

Et je dois dire qu’avec huit en forme, le bavardage allait bon train en descendant par les lotissements vers le rond-point de la pénétrante. Nous nous sommes glissés dans les sous-bois parallèlement au bruit de la circulation intense, réalisant la mesure des pollutions subies par les sangliers et autres représentants de la faune indigène refoulée par les activités humaines. 

Nous avons débouché près du collège , séparés par le parking des professeurs de la cour de récréation bondée à ce moment. A l’inverse, l’esplanade devant le lycée du Sud-Médoc était presque déserte, si l’on excepte les travaux de voirie comme partout en ce moment. Après avoir évoqué l’histoire (vraie) du veau courant dans le lycée, le groupe a franchi la passerelle enjambant la circulation vers le Médoc, afin de rejoindre le sous-bois vers le gué du ruisseau du Monastère. Enfin le gué, c’est quand il y a de l’eau ! L’empreinte du cours d’eau ressemble plutôt à un sentier forestier, rampant sous les troncs et branchages des taillis. 

En poursuivant le sentier on parvient au grillage bloquant la traversée de la tranchée disproportionnée du chantier de la voie de contournement du Taillan. Quel massacre : la forêt est coupée, pour les animaux comme pour les humains, sans aucune voie aménagée pour relier les bois de part et d’autre. Les sentiers sont coupés nets. Combien d’hectares de forêt a-t-il fallu sacrifier pour éviter les vignes autour du Taillan ! 

Le retour vers St Aubin a repris la grande prairie le long du ruisseau du Monastère, par laquelle nous étions passés il y a un an : le tronc du grand arbre qui avait servi de cadre pour la photo de groupe, est maintenant complètement pourri et démonté.

 

 

Toujours sous le soleil, juste après la volée de cloches de midi, nous avons rejoint le parvis de l’église de St Aubin, situé à 36m d’altitude d’après le nivellement général. 


A peine étions-nous dans nos voitures, qu’une bonne averse a clos cette matinée de randonnée. 

 

A la semaine prochaine à St Jean d’Illac pour de nouvelles aventures ! 
Vos animateurs rando Santé.

 

Texte et photos d'Hervé

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :