Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

16 Mai 2021

Il était une fois..., il y a déjà bien longtemps, une bande d'intellectuel(le)s de l'ASSM (comment ça, s'il y en avait, ça se saurait ?) se pencha sur la célèbre formule du grand philosophe Onnesépaki, né on ne sait pas quand, dans la très lointaine province de Onnesépazoù : "les voyages forment la jeunesse... et déforment les valises". Ils limitèrent leurs réflexions à la première partie de la phrase. Voyager pour rester jeunes ? Pas forcément la bonne traduction. Voyager pour découvrir et apprendre ? Peut-être que oui, mais comment s'y prendre quand on est une association ? Quels voyages choisir ? Quelles activités proposer ? Quel type d'hébergement retenir ? A quel prix ? Mais, surtout, organisées avec et par qui ? Une fois ces sordides questions d'intendance réglées, quelles destinations retient-on ? Tant qu'à faire, pourquoi pas des régions où il y ait des découvertes à faire autres que des forêts de pins et de vignes ? Un jour, dans ce remue- méninges, par inadvertance, un innocent lâcha le mot Calanque. Bingo ! La discussion fut close et l'affaire sur le champ scellée. Prononcer le mot calanque et, si peu que vous y ajoutiez un zeste d'accent de Mar-se-eille, déjà, vous percevez le chant des cigales. Cependant, pour éviter les surprises, avant de s'aventurer, il serait bon de savoir ce qu'est une calanque. Dans le jargon provençal, "cala" désigne une crique. En fait, il s'agit d'une crique étroite et allongée, aux parois rocheuses escarpées. En d'autres lieux, on parlera de criques, ou d'anses.

Alors, des calanques, oui, mais lesquelles ? Marseille en concentre une belle collection. Sur son territoire, sur

20 km de côtes, on en compte 25. On arrive à 26 si on prolonge jusqu'à Cassis. Ben dion, on ne les verra pas toutes, d'autant plus que certaines, vu leur situation, sont inaccessibles aux randonneurs. Détail intéressant : ce massif est parcouru par une grande variété de sentiers très bien balisés. Avis cependant aux amateurs : malgré son point culminant à seulement 563 m, le massif des Calanques est néanmoins considéré comme un terrain de jeu montagnard. Certains itinéraires proposent des passages dont les noms attisent la curiosité : le Saut du Chat, la Cheminée du Diable, le Pas de l'Œil de Verre ! Ouais, mais ce sont des passages d'escalade dont la cotation dépasse largement les compétences des gentils randonneurs que nous sommes.

En ce bon vieux temps-là, il n'était pas utile de disposer d'une dérogation pour circuler ; pas question de vous parquer dans un enclos symbolique de 4 m² ; pas besoin de regarder la jauge, à part celle qui vous donnait le niveau du carburant dans le réservoir de la voiture. Mais on nous promet que ça va s'arranger. Nous ne sommes plus qu'à J-2 des premières mesures d'assouplissement. Les terrasses des cafés, les cinémas, les théâtres, les magasins de chaussures, ... ! Pour les détails techniques, consulter le site du gouvernement. A propos de détail, à un moment où nos ministres

s'inquiètent tant de notre confort, il en est un qui semble totalement oublié. En effet, à aucun moment n'a été évoquée la réouverture des... pissotières publiques. Ah, vous auriez préféré vespasiennes ! Comme vous vous voudrez. Avec quelle jauge ? Masqué ou pas ? Gel hydro-alcoolique ou pas ?

Hop ! Hop ! Hop ! Ne nous serions-nous pas égarés ? Où en étions-nous ? Ah oui ! Notre séjour dans les Calanques de Marseille/Cassis. Les mises au point de détail faites, au final, c'est décidé : nous y randonnerons 4 jours. Notre première expédition eut lieu en 2007. Deux autres suivront : 2013 et 2014.

Le projet d'y revenir en 2020 a été reporté à 2021. En ce dimanche 16 Mai, nous aurions dû y faire la dernière randonnée prévue au séjour et rentrer demain. Nous avons donc de l'avance sur le programme puisque nous sommes déjà rentrés.

La première, c'était du 27 Avril au 1er Mai 2007. Le résumé des 4 jours.

texte et photos de Jean-Claude

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :