Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 20:30

me l2012-0313-LeVerdon-01ever à point d'heure, c'est pas vraiment mon truc, la preuve avec cette première photo. Il parait que certains savent faire preuve de doigté, et bien moi mon doigté il se voit du premier coup sur mes photos, ça s'appelle être adroit ?!  pour ma 2ème photo au lieu d'appuyer sur la détente, j'ai tapé à côté et tout fermé ...

Si j'avais pu, je serais retourné me coucher, heureusement Michel annonça que nous démarrerions cool pendant une vingtaine de minutes, j'étais rassuré, naïf que j'étais, la coolitude de Michel n'est pas tout à fait celle du commun des mortels, en dessous de 5km/h, c'est bien simple il ne supporte pas. Je lance donc2012-0313-LeVerdon-40 une souscription nationale pour que nous achetions à Monique des sachets nuit calme, de la verveine en cachets et de la camomille en piqure (et j'ajouterais bien un lavement au tilleul si ça pouvait le ralentir) parce que je vous dis pas, une photo 20 mètres de perdu, une photo cadrée 50 mètres, et pour rattraper à par le lasso je ne vois pas ...  Le temps était splendide, pas un nuage, le parcours nous faisait découvrir des paysages inédits, super cette rando, la traversée de Soulac, le pique-nique à table (et sans sieste) une après-midi dans les sous-bois sympa vu que "Ra" cognait dur, une arrivée sur  Le Verdon sous une petite brise bienvenue, quelques exercices de récupération (et des photos pour le futur bêtisier) et hop en voiture pour le retour. 19 dans l'aventure pour ces 30 km au train d'enfer, d'où le titre. Merci aux animateurs pour cette belle randonnée, voici les photos.

Maintenant c'est mon micro qui paresse, il m'a fallu 1/2h pour le démarrer, donc demain il n'y aura peut-être rien

Repost 0
Published by Sergerando - dans rando mardi 2012
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 09:51

Vendredi (le lien sur les photos est réparé !)

2012-0302-Menton-017.jpgTout le monde est prêt aux heures habituelles. La majorité commence par le jardin des agrumes et l'exposition d'orchidées : certains, dit-on, ont même fait du courrier, si si !

Puis ensuite à chacun son programme : il y a eu Gorbio avec retour par Roquebrune, il y a eu Villefranche et sa baie profonde, il y a eu Monaco et son aquarium, il y a eu l’annonciade et ses jardins, il y a eu découverte tranquille dans Menton : interrogez-les, ils vous diront tout.

Le soir, le repas à La Coupole à 20:00 nous a permis de profiter encore du spectacle de l'embrasement de la tour Eiffel, sans intervention d’Annie cette fois. les photos

Repost 0
Published by Hervé - dans voyages
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 09:49

Jeudi.

Au programme Roquebrune et son olivier millénaire, son château et son village dominant Monte Carlo.

2012-0301-Menton-006Bon déjà, par distraction, on se fait un escalier de trop, un détour pour un passage qui manque. Un arrêt pour chercher le passage : non seulement il n'y a plus de passage, mais un claquage du mollet pour le pilote. Brigitte et Maryse prodiguent des soins immédiats et appréciés, Merci beaucoup. La grille de l’autre côté de la passerelle de secours est fermée avec un cadenas. Dans un jardin, des daims nous regardent passer avec dédain. Hervé quitte le groupe et rentre clopin-clopant. Guy et Julien prennent les choses en main. Après le départ d'Hervé, nous rejoignons le GR pour atteindre les marches qui vont nous conduire à Roquebrune. Des marches, des marches, des marches (45mn pour atteindre ce fameux olivier millénaire). Le village que nous visitons valait bien que nous tirions un peu la langue et l'olivier est spendide. Appel d'Hervé dès son retour à l'hotel pour nous rassurer. Nous pique niquons en haut du village dans un pré avec un mélange d'odeurs de mimosas et de crottes de chien. L'après-midi, nous redescendons bien entendu2012-0301-Menton-018 autant de marches que nous en avons montées pour rejoindre le sentier du littoral.

 Ce soir dîner à 18:00, Corso oblige ! Mauricette nous distribue nos tickets d'accès à table. Catherine lit la date : 23 février ! Momo abandonne son assiette de charcuterie, reprend les tickets et fonce ! Je ne vous mens pas en disant que notre assiette suivante n'était pas devant tous les convives, que la Présidente avait déjà résolu le problème. Chapeau !

Bon, un peu de découverte autour des chars tapis dans l'ombre en attendant le signal, et nous étions en haut de notre tribune pour la mise en place des figurants, des fanfares, des échasses, des... des... Etc.

Quand le cortège a démarré, c'était une folie, un délire extraordinaire, des chars aussi jaunes que oranges et tout en fruits, des fanfares tonitruantes, des scènes poétiques telles que les méduses et la goutte d’eau où nageaient les acrobates, une ambiance !

Bon pour les photos, il faudra trier, entre les monstres sombres, et les pyrotechnies lumineuses, les danseurs et les échasses, les chars et les musiciens ! Énorme !

Vite, vite, gagner le bord de la mer pour le feu d'artifice ; là les photos sont plus faciles. Quelle soirée !

Repost 0
Published by Hervé - dans voyages
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 09:49

Mercredi.

Si parla italiano ? Non, alors il va peut être falloir s'y mettre !

Le groupe rejoint le Front de mer près du casino puis longe la plage, à une allure de découverte : la halle de 2012-0228-Menton-045 Menton, le fort au pied de la digue, le musée Cocteau, le port de Menton-centre avec une vue somptueuse sur les gradins ocres et rouges du plateau Saint-Michel et la silhouette des tours de la cathédrale. Au niveau du quartier de Garavan, nous remontons par les rampes d'escaliers ( ?) le long du domaine de Fontana Rosa pour dominer le port de Garavan et la côte, avec une fois encore un portail malencontreux qui coupe le passage près du mémorial de Katherine Mansfield.

Reprenons le bord de mer ; au passage de la frontière, nous découvrons la teneur d'une matinée de pêche à partir des enrochements ; une girelle d'au moins 10 cm : une pièce magnifique ! Il se prend aussi, dit-on, des barracudas ; mais, comme dit notre pêcheur, pour les barracudas il faut d'abord attraper les vifs ! Un petit passage à la « venta italiana », et nous contournons la pointe de Grimaldi par le sentier des douaniers, qui nous fait découvrir les petites criques côtières et une anse charmante, tapissée de cabanons et de paillotes, dominée par la voie ferrée et la route côtière. Juste un inconvénient : c'est un cul-de-sac, et il faut remonter par un escalier jusqu'à la route.

Alors nous longeons la route jusqu'à une passerelle en contrebas sur le chemin de fer avant le tunnel des jardins Hanbury. Les bois très prisés de ce secteur seront notre salle à manger, entre la mer et la voie ferrée (danger, on ne passera pas... Les trains non plus d'ailleurs car c’est jour de grève !).

2012-0228-Menton-050 1Nous remontons sur la route. Un groupe continue et bifurque par le chemin des jardins Hanbury, juste avant le tunnel routier. L'autre groupe redescend par la route jusqu'à Garavan et remonte vers la frontière de la route supérieure de Grimaldi pour la jonction avec le premier groupe.

Jardins Hanbury bien clôs derrière ses grilles, avec ses vallons secrets, son château et ses jardins. La route de corniche passe sous le village de Grimaldi supérieur, avant de déboucher sur la baie de Menton. La liaison se fait près d'un étal de fruits très sollicité pour le goûter.

Le retour est une longue balade par le boulevard de Garavan avec ses panneaux botaniques et historiques, son golf miniature-parc d'oliviers du Pian et son jardin exotique. Les trottoirs portent le nom des villas et demeures. La vue sur Menton met en valeur un panorama magnifique. Les plantes grasses grandissent comme des arbres, le cimetière du vieux château (où dort M. Ellis inventeur du rugby) domine  les toits pastels des hauts quartiers du plateau Saint-Michel. Nous nous dispersons après la visite de la cathédrale Saint-Michel, à travers les petites ruelles et les escaliers du vieux Menton.

Mauvais présage : le soir au dîner à La Coupole, il y a des pâtes, Hervé n'aime pas les pâtes.

les photos sont dans le même album que celles de la veille, peut-être que l'appareil n'aime pas les années bissextiles !

Repost 0
Published by Hervé - dans voyages
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 09:46

Mardi : montée à Saint Agnès.

Au-delà de la gare, à l'amorce du chemin de Saint Agnès, nous passons devant une maison chère à Sabrina. Le2012-0228-Menton-003 1 chemin est un mélange d'escaliers et de pentes plus ou moins caladés ou cimentés, qui s'élèvent parmi les mimosas en pleine explosion d'odeurs suaves et de grappes jaunes lumineuses. Les collines environnantes haussent leur palais au-dessus de Menton. La mer se confond avec la brume du ciel. L'allure est tranquille, parfois bruyante dans les rangs, parfois silencieuse lors des rampes du sentier. Raymond est bien entouré, Claudie réclame du mimosa, le chemin des Fortin s'ouvre devant nous. Nous débouchons sur le col près du petit oratoire et empruntons l'allée pavée qui remonte vers le village de Saint Agnès où nous retrouvons Catherine, Marcelle et Marie-Claire qui sont montées par le bus.

Le village est escarpé et charmant, avec l'église Notre-Dame des Rencontres, les ruelles étroites qui se 2012-0228-Menton-047 1raccordent comme elles peuvent, les petites boutiques alimentaires ou artisanales qui les animent. Près du fort Maginot (fermé), nous découvrons le panorama immense qui s'étend de l'Italie à la baie de Monte-Carlo, trop brumeux pour les photos, mais suffisant pour la vision sur Menton. Des bancs nous font la salle à manger avec une baie béante sur la baie. Le plus gros (?) de la bande se lance ensuite à l'assaut du sommet et du donjon (1 euro, 677 m, 360°) d’où la vue est encore plus grande ! Catherine et Michel descendent par le bus. Départ de la salle à manger à 14:00 pour une descente directe vers l'autoroute, enfin presque directe puisque nous nous heurtons à un sentier coupé qui nous vaut un petit détour sous un avocatier. Après la chapelle Saint-Michel, une interprétation incorrecte de la carte nous fait descendre par le vallon du Borrigo vers le centre de Menton. La traversée du quartier des Vignasses dominé par le monastère de l’Anonciade, constitue un plaisant raccourci au milieu de la végétation luxuriante des parcs, et nous ramène près de la gare dans notre quartier favori.

Ce soir en sortant de la Coupole, nous sommes accompagnés par la musique du Jardin des Lumières, et l'embrasement de la Tour Eiffel. Spectacle curieux à l'extérieur : Annie avec certaines complicités essaie de franchir la palissade ! les photos du jour

demain petite interruption pour faire une petite place à la godillot du mois

Repost 0
Published by Hervé - dans voyages
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 09:15

Lundi.

2012-0227-Menton-033Les bruits de grève SNCF pour mercredi, plus la récupération de la fatigue du voyage, nous incitent à commencer le séjour par la visite vers Monaco (avec retour en train). Le long de la plage de Menton, le moindre grain de sable se mesure en kilos. Nous découvrons des arbres extraordinaires évadés du jurassique, des plantes grasses et épineuses contre lesquelles se frotter le dos atténue les démangeaisons, et des plantes exquises que nous ne goûtâmes point. Les grands hôtels du siècle passé et aussi du précédent, alternent avec les immeubles modernes, les jardins et les parkings privés qui abritent un parc automobile aux immatriculations polyglottes. Nous parcourons une seaside resort en demie-saison qui donne toute sa dimension au mot « standing » le long d’une mer sans marée.

Le petit chemin que nous présente Le Corbusier, nous réconcilie avec ce que doit être le chemin des douaniers : un passage plus ou moins aménagé entre la salsepareille et les arbustes montant des rochers, et les propriétés privées grillagées nous protégeant des cactus sauvages et de la barbarie de leurs figues. Domaines de Messieurs Liton et Abel, émirs de leur état.

Le contournement du Cap Martin nous fait déboucher en vue du Rocher de Monaco fermant la baie de Monte-2012-0227-Menton-052Carlo. Peu après la gare de Roquebrune, nous trouvons la petite crique de nos rêves pour le pique-nique et les ricochets au soleil. Entrer à Monaco, c'est accéder à un autre monde, où tout est moderne, gigantesque, esthétique, où les voitures sont veillées par des costauds en costume noir, où les randonneurs n'envisagent qu'en plaisantant de rentrer prendre un café dans les grands établissements qui précèdent le port. Àh le port ! Avec ses engins démesurés dont le postérieur tourné vers le quai est lui-même un garage, et ses bateaux aux vernis brillants et à l'accastillage soit traditionnel soit à base de vérins et de treuils ; et tout le port en est rempli !

2012-0227-Menton-106Par les rampes et la verdure, nous accédons à l'esplanade devant le château des Princes de Monaco, juste pour la relève de la garde : quelle discipline !... Et que de photos originales emportées par les touristes, comme une petite part du protocole, volée au passage. Bon chacun va de son côté découvrir la cathédrale, l’oiseleur de Folon, le musée océanographique et la vue sur le Cap d'Ail. Le retour se fait par la gare souterraine qui déroule devant nous ses trois tapis roulants. Certains souhaitent rentrer à pied depuis la gare de Roquebrune, mais nous sommes dans le train qui précisément saute cet arrêt ! Donc ils descendront à Carnoles pour finir le boulevard à pied. les photos

Repost 0
Published by Hervé - dans voyages
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 09:10

2012-0226-Menton-08Prologue : La SNCF dans tous ses états !

La nièce de Maryse ayant voulu prendre le train de 7:08 le samedi matin, apprend sa disparition dans les ténèbres de la SNCF. Branle-bas de combat : 1:30 de queue à la gare Saint-Jean pour certains, accueil discourtois à Agen pour d'autres, solde le samedi soir au prix fort, pour un train réputé complet le dimanche matin.

 

Dimanche matin, le train plus qu'à moitié vide explique à la fois la mauvaise organisation et la mauvaise gestion de la SNCF.

Brume et grisaille en Aquitaine, soleil citron sur la Côte d'Azur. Arrivés vers 15:30 à Menton dans une autre planète : végétation luxuriante et estivale par rapport à nos pins et nos vignes de Gironde.

Richelieu nous voilà : entrée traditionnelle dans la rue en plein centre-ville et installation confortable sur trois étages avec ascenseur. Accueil et séjour très sympathiques, salon au premier étage pour le petit déjeuner, contenant difficilement notre exubérance de randonneurs. Premiers pas d'exploration autour des jardins à la gloire des citrons et des oranges, Syndicat d'Initiative, Casinos (l’extérieur), le Front de Mer.

La Coupole nous accueille à 19:00 pour le premier des six dîners pris à Menton. Là aussi l'accueil est très sympathique et la table conviviale, avec chaque soir le petit verre de liqueur de citron en fin de repas. les premières photos

Repost 0
Published by Hervé - dans voyages
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 16:51

les  américains (républicains) se donnent quelques frissons pendant leur primaire, mais ils ne sont pas les 2012-0310-soireeè11 seuls.

Nous, à la rando, nous avons également notre super jeudi qui se tient lorsqu'il a lieu un samedi.

 Ainsi ce samedi 10 mars c'était la soirée photos, soirée pendant laquelle, nous avions la possibilité de revoir en couleurs toute l'activité de la section en démarrantcette année des sentiers cathares jusqu'aux bœufs gras de Bazas.

En prime, un bêtisier d'anthologie qui a déclenché une tempête de rires, certaines séquences étant particulièrement ... éprouvantes. Pour couronner l'ensemble, la table en salé et sucré, écrasait la concurrence des jours ordinaires. Pas de photos donc, il y en a eut suffisamment ce samedi, mais je vous promets une semaine d'enfer, vu que je viens de récupérer les photos de Guy sur MENTON avec les commentaires d'Hervé sur les premiers jours, donc si je m'y tiens un article chaque jour à partir de demain.

Repost 0
Published by Sergerando - dans assos
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 21:25

2012-0308-Cestats-05Il fallait bien que ça m’arrive un jour ! eh oui, je me suis perdu entre St Médard et Cestas. C’est encore Nathalie qui a porté la poisse, c’est la 3eme fois qu’elle participe aux naufrages de ses compagnons de covoiturage, c’est normal les GPS ne sont pas bio.

Bref, nous arrivons avec un peu de retard, André nous a attendu, en bon chien de berger, pour nous faire réintégrer le troupeau des 66 brebis, déjà parti gambader dans l’herbe tendre. Et pour être sûr de ne pas nous perdre une deuxième fois, le berger Michel a mis en place un super système de signalisation, je sais maintenant d’où vient l’expression « faire flèche de tout bois » -  et comme exceptionnellement nous randonnons le jour  où nous célébrons ces dames, j’ajoute pernicieusement cette autre maxime « il n’est pas de bois sans nœud, ni de femme sans défaut » . Un peu de marche rapide et nous opérons la jonction sous un beau soleil.

Très beau parcours en forêt et avant l’arrivée un franchissement de pont sans histoire … enfin presque, à2012-0308-Cestats-36 vous de découvrir à qui sont les deux genoux, hors concours bien entendu ceux qui ont vu, ou qui ont poussé. Et troisième semaine consécutive de bombance, encore une dizaine de pâtisseries et cerise sur le gâteau (si je puis dire) deux recettes disponibles immédiatement.

les photos sont ici et j'ai reçu les photos d'Etienne des raquettes de février qui sont dans sa galerie et une partie ajoutée à celles déja présentes là.

Ah au fait, j'allais oublier, j'ai ajouté une photo dans le bétisier, si vous avez perdu le lien, je me ferais un plaisir de vous le renvoyer.

Repost 0
Published by Sergerando - dans rando jeudi 2012
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 22:28

soiree photos

Repost 0
Published by Sergerando - dans assos
commenter cet article