Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 18:24

2010-0703-arrivee-004

Voici le journal de la semaine bretonne remis dans le bon sens pour une lecture plus aisée. En relisant je m'aperçois que 3 photos représentent le bas de l'individu d'où le titre.

Samedi 3 juillet 2010

Miracle de la technique, nous sommes à peine arrivés au gite que la WiFI frappe à la porte.

Pendant que les 33 randonneurs s'occupent activement de l'apéro, je m'isole stoiquement pour blogger.

 

Bretagne méconnaissable, pas de nuages, soleil brillant et chaud, il est où le crachin breton ?

dans l'eau ajoutée au pastis certainement, c'est le seul élément qui trouble notre première quiètude.

 

Dimanche 4 juillet

 

  Lever a 6h50 départ a 9h il fait beau, descente vers la Rance et tourne à gauche afin de remonter le canal 2010-0704-larance-Dinan-042par la partie la plus longue. Ca devait être un aller sans histoire, que nenni, pas de chemin de halage en vue mais un chemin à travers bois et roches avec petites montées et grosses descentes glissantes.

Et puis voila que le GPS de Jean-Michel se met en vacances, il perd un satellite (un de perdu …dix de retrouvé il parait ) la nouvelle satellisation lui fait perdre la tête, du coup notre moyenne devient supersonique (5,5km/h) + 3km de rab, l’auteur de ces lignes comparé à une gazelle, s’est senti alors poussé des ailes. Une accélération lui a permis de traverser quelques arbres non prévus au parcours et de se retrouver hors des sentiers battus, le cul par terre. Cette animation donne un peu de piment et quelques montées-descentes plus tard, le jardin des anglais est en vue ainsi que le pique-nique avec, tradition oblige quelques gateaux direct maison.

2010-0704-larance-Dinan-043Début d’après-midi, notre guide (charmante) nous entraîne dans le vieux Dinan  de l’église St Sauveur aux remparts où certains d’entre nous deviennent le temps d’une séquence Henri 2, François 1er, Maximilien, Anne de Bretagne, … bref Dieu reconnaîtra les siens, et d’après les photos ça va pas être de la tarte …

Retour par  l’autre rive, par le vrai chemin de halage, 19km plus tard un plat de saison régional pour clôturer la journée : « le cassoulet » La nuit risque d’être odorante, d’ici que le temps change ….

 

 

Lundi 5 juillet

 

2010-0705-StLunaire-Dinard-07Le cassoulet est un plat extraordinaire, outre ses propriétés gustatives et roboratives, il produit également un effet météorologique, car ce lundi matin, le ciel est bas, et ne tarde pas a déverser une eau abondante sur nos véhicules, prêts pour une nouvelle escapade.

La température est un peu fraiche pour la saison 14 à 15°C, bref nous arrivons à St Lunaire un peu abattus. Heureusement le temps que nous trouvions notre route, le ciel passe au gris clair et la pluie s’arrête. De plus les habitants que nous croisons nous affirment que ça va se lever avec la marée, ce qui réjouit fort les 2 zèbres ci-contre.. Et effectivement, une première trouvée de ciel bleu s’élargit et à l’heure du pique-nique le soleil est de retour.

Le chemin du littoral toujours aussi plat (plus de marches que la veille) nous permet de découvrir à chaque2010-0705-StLunaire-Dinard-28 virage de nouveaux paysages, avec en prime un petit vent revigorant une fois sur deux. Quelques personnes dans l’eau, une petite fille a d’ailleurs la phrase du jour, elle s’écrie ravie, « l’eau est presque plus froide ! » renseignement auprès des sauveteurs pris 17°C. En fait il y a plus de monde sur les plages que dans l’eau, avec un concours de bronzage qui nous laisse songeur : un cul blanc est-il in ou out ?

Nous partons de St Lunaire jusqu’à Dinard, plage de l’écluse et retour 16km et quelques coups de soleil spectaculaires, une belle journée.

Ah oui j’oubliais, une deuxième chute dans la matinée cette fois-ci c’est un lacet facétieux qui a fait des siennes et l'ensemble des photos sont dans le même album

Mardi 6 Juillet

Journée de repos, pas de marche au programme aujourd’hui. La suite nous prouvera le contriare.

2010-0706-Mt-St-Michel-14Journée de visite : le Mont St Michel en voiture  pour y aller, heureusement car 55km depuis le gîte ça use les godillots.

Départ donc chacun pour soit le matin avec regroupement devant l’abbaye pour une visite conférence. Grand beau temps et un guide normand à l’humour décapant pour une virée hors du temps.

Un souvenir inoubliable - les vidéos seront mis en ligne à notre retour -, en prime les troisième et quatrième chutes de la semaine, la plus jeune du groupe qui se loupe une marche (c’est vrai qu’il y en avait beaucoup, mais ce n’est pas une excuse parce que trois nanas qui tombent en deux jours et qui soignent leurs bobos à l’ancienne, ça nous privent des glaçons à l’apéro .. et ça c’est important !) Comme le dit l’un des penseurs de l’association : « le groupe vieillit, avant les glaçons on les suçait « .

La deuxième chute de la journée est plus insolite : dérapage dans la douche, une savonnette mal placée, je soupçonne fortement le mari, car c'est un breton pur jus et vu ce que les normands nous ont appris ... faut se mefier.

Et tout le monde se retrouve à l’apéro, mêmes les blessés, faut dire qu’il y avait des moules de bouchot cuisinées maison …

Les traditions ont la vie dure, le soir première demi-finale, y avait du mâle au balcon et des filles à la tisane, y a qu'a voir les photos.

Mercredi  7 juillet

2010-0707-Minihic-Cancavale-001Je crois que notre quota de chutes est épuisé.

Et cela malgré les sentiers portant des noms évocateurs (chemin des bosses, carrefour du renard, il y avait même une ND des miettes)

D’ailleurs, grâce à la méthode infaillible du professeur Fernand, nous ne risquons plus rien depuis qu’il a enfiler ses chaussettes de 7 lieux : feux rouges à l’arrière, doigts de pieds en éventail devant, le pied !

Temps ensoleillé dès le petit matin, nous voila parti pour remonter la Rance de Minihic jusqu’à la pointe de Cancavale, 18 km avec des paysages changeants à chaque tournant, et une visite des jardins de Montmarin dans le parcours.

Retour au gîte, et sortie nocturne sur Dinan pour déguster quelques produits régionaux

 

Jeudi 8 juillet

2010-0708-Cancale-037Cette nuit, la pluie a refait son apparition discrètement, les pare-prises étaient humides ce matin, le temps était frais et le ciel couvert avec beaucoup de nuages. La météo annonçait une journée d’enfer dans le sud-ouest 36°C à Bordeaux, 39 dans les Landes et nous avec un petit 16°C, nous emmenions une petite polaire + le parapluie pour notre randonnée cote d’émeraude avec une boucle autour de Cancale. Paysages magnifiques, le soleil ne tardant pas à revenir pour nous accompagner tout au long de la journée. Pique-nique à l’ombre pour les uns avec pulls car l’ombre est fraîche en Bretagne, soleil pour les frileux. Passage par la pointe de Grouin  avec vue sur le Mt St Michel et les îles Chausey (à 18km à vol d’oiseau) que l’on voyait distinctement.

Le soleil nous fatiguant un tantinet, pause à la terrasse d’un café à Port Mer afin d’admirer les manœuvres d’un superbe voilier école, la Leffe pression était fraîche, si bien que le redémarrage fut laborieux pour les bretons de souche et d’adoption.soirée espagnole sangria et paella

au fait; je suis sous un parasol; tout le monde dort, il pleut, je suis dans le noir, c"est là que je peux me connecter, il est 23h, demain traversée de la baie, rendez-vous à 7h45, la suite donc demain.

les photos sur un nouvel album

au fait le titre a été choisi par rapport à la semaine rando autour de Bormes les Mimosas, vu que le temps breton s'apparente à celui de la méditerannée et que les sentiers du littoral sont superbes.

 

Vendredi 9 juillet .

2010-0709-traversee-001Lever matinal pour se rendre au bec d’Andenne, point de départ  de la traversée de la baie.

Certains sont super-équipés, quoique on peut se demander si les chaussons ne sont pas plus appropriés pour un bal masqué. Jacky notre guide, craignant que le ciel nous tombe sur la tête, les fait déchausser vite fait (ils sont superstitieux ces normands, surtout lorsque ce sont des bretons qui voient la vie en bleue)  mais je crois que ça fait fuir le poisson, la suite nous prouvera le contraire.

Nous voila donc parti d’un bon pas, car le barrage ouvre les vannes pour des lâchers d’eau tous les jours depuis le mois de mai, ce qui rend le passage délicat lorsque l’eau submerge les environs.

Nous traversons trois rivières en passant par tout type de terrains : sec, dur, vallonné et le must vaseux. Ca tombait bien car des vaseux il y  en avait quelques-uns dans le groupe.

Plus nous avancions vers le Graal, plus les cuisses se découvraient, l’eau montait ..2010-0709-traversee-028

Une invention a vu également le jour, l’association pense d’ailleurs fortement à un dépôt de brevet, le PTA : c’est un mécanisme permettant l’utilisation d’un parapluie comme toilette ambulante (voir photo) de plus il y a création d’emplois il faut obligatoirement une dame pipi pour tenir l’engin, c’est très pro faut calculer le sens (j’en connais un qui s’est pris le jet sur les pieds) et la force du vent, la résistance du parapluie – y a un couple qui a voulu faire cavalier seul, conclusion, nous avons vu l’anatomie de la dame.-

A 3,7km/h de moyenne nous atteignons le pied du mont pour notre pique-nique quotidien.

Retour par presque le même chemin, à ceci près que nous avons pu observer le vol d’un flamant rose près de Tombelaine et le must de la journée : la traversée de la dernière rivière.

2010-0709-traversee-050L’eau était étrangement agitée, beaucoup de vaguelettes, et là l’horreur commença, je n’avais jamais entendu les filles hurler de cette manière (faut dire que je criais pas mal aussi).

Un banc de mulets,  mais pas un banc de fillettes, un vrai bon gros banc de poissons gros comme la main qui se cognaient contre  nos orteils, nos pieds, nos mollets, (les cuisses pour les plus petites) avec des shoots involontaires qui les envoyaient valdinguer … un grand moment qui restera graver dans nos mémoires.

Le soir, c’était l’anniversaire de « l’aveugle à la rivière » dixit le guide qui appréciait à leur juste valeur les cannes et bâtons de ski de notre groupe du 3ème age.

 

Les photos sont à la hauteur de l’évènement (Le Mt St Michel par la baie c’est magique)


 

samedi 10 juillet 2010 .

2010-0710-Cap-Frehel-052départ 8h30, le ciel est déjà clair et la température tourne déjà autour de 20°C alors qu’au début de la semaine c’était plutôt 12°C.

« Avec un temps aussi serein, il nous a donc fallu créer un petit orage interne afin de rafraîchir nos esprits. Cela prouve au moins qu’une association est un organisme vivant, fermons la parenthèse »

Nous laissons les voitures au parking du fort de La Latte, chacun s’enduit consciencieusement de produits collants et visqueux  et partons sur la boucle balisée « circuit des deux pointes » avec nos deux pointures Guy et Jean-Michel pour nous encadrer, je dirais plutôt pour éviter que nous nous échappions pour piquer une tête dans une eau d’un bleu ou vert suivant les fonds.

La végétation n’est plus du tout la même,  du violet et du jaune qui moutonnent au-dessus d’une mer d’huile,2010-0710-Cap-Frehel-125 une symphonie de couleurs, et le groupe s’est mis au diapason avec des jambes allant du rose au rouge.

Pour nous mettre en appétit, nous nous installons en face d’un rocher d’un blanc éclatant, d’où la neige du titre que les goélands et autres volatiles arrosent abondamment.

Le soleil tape dur, nous arrivons au fort et attrapons la visite guidée avant de rentrer prendre une douche bien méritée.

 

 

 

  8ème et dernier jour de randonnée. C'est un enfant (d'adoption) du pays qui mène la danse.

J8-2010-0711-008Afin que l'ambiance soit crée, ciel couvert pour démarrer depuis le barrage de la Rance et bon crachin breton sur St Malo et ses remparts.

Le capitaine Fernand nous fait donc les honneurs de la ville et de l'école de la marine marchande qu'il fréquenta jeune homme (c'était hier) et nous conta avec émotion les défilés de promotion avec toutes les filles de St Malo sur les remparts, et bien d'autres choses encore.

Toutes ces histoires tourna la tête de bien des randonneurs et notamment de  Laurence qui a du surnommer son baton de rando "le petit poucet" car elle n'a eut de cesse de vouloir l'abandonner, une première fois dans la forêt (classique) une deuxième fois près de la tourelle d'une mitrailleuse (original) et une troisième près de la tombe de Chateaubriant (romantique). Il n'y a pas eut de quatrième car Jean-Michel confisqua l'engin ...

Outre le petit poucet, nous avons pu nous apercevoir que Marcelle avait touhours un sens aigu du déguisement, sa tenue J8-2010-0711-075de pluie est un régal (en plus j'ai pris un malin plaisir à la photographier devant un batiment en harmonie avec sa tenue).

Dernier pique-nique un peu arrosé et retour en traversant la baie avec un soleil au retour.

Et pour bien terminer le séjour, deux nouvelles chutes (comme au premeir jour) d'abord une récidiviste qui a remplacé la savonnette par une racine même pas carré, puis une nouvelle qui a testé la souplesse des algues sur les rochers.

Un super restaurant pour cloturer cette belle semaine.

 

les photos sont sur le deuxième album de la semaine.


Partager cet article

Repost 0
Published by Sergerando - dans voyages
commenter cet article

commentaires