Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 11:37

Le feuilleton de l'été : 6ème et dernier épisode

Comme le chantait quelqu'un, l'automne est arrivé. Il est donc temps de boucler ce feuilleton.

Qu'y a-t-il autour du Vignemale ? C'est ce qu'une (petite) bande de 6 curieux a voulu voir... dans la mesure où le brouillard annoncé le lui a permis.

La journée du Vendredi et la sympathique montée à Baysselance qui a, semble-t-il, marqué les esprits ayant été déjà narrée, nous passerons directement au Samedi.

Partis du refuge, après accès au lac des Gentianes et franchissement du col du même nom,

nous descendons le vallon d'Estom-Soubiran avec ses 8 lacs en enfilade se déversant l'un dans l'autre. Après le dernier, au détour d'une crête, brusquement, nous butons sur le brouillard. Nous devons cependant reconnaître qu'il a pris grand soin de nous, nous enveloppant jusqu'aux abords du col d'Araillé, comme pour nous protéger d'on ne sait quoi. Peut-être de la vue des cailloux et rochers de toutes tailles qui jalonnent le parcours ? Le col d'Araillé franchi, on bascule vers les Oulettes du Vignemale en bas desquelles se trouve le refuge des Oulettes de Gaube. Au cas où nous aurions pu être pris de vertige, simple supposition, là encore, le brouillard avait pris soin de nous en cacher la vue. Malgré tout, devant nous, nous avons pu apercevoir la tête des Vignemales, le petit et son aîné de 266 m. Arrivés à la Hourquette d'Ossoue, nous constatons avec plaisir que le refuge de Baysselance est toujours là. Ouf ! Tous comptes faits, ce fût un niveau 2... sérieux, avec 16 km et 1300 m de dénivelée. Une question tout de même : ne devrait-on pas neutraliser les 500 m de dénivelée effectués dans le brouillard ?

Le Dimanche ? Après être montés, il faut redescendre et c'est déjà 900 m de dénivelée négative à prendre en compte. Avec une météo identique à celle de la veille, à savoir brouillard ou... brouillard, surtout en bas.

Au programme, le lac de la Bernatoire (côté espagnol). Arrivés au barrage d'Ossoue, vu la visibilité du moment, on s'interroge sur l'intérêt d'aller ne rien voir plus loin. Une éclaircie semblant se préparer, nous choisirons d'aller à Lourdes. Effet de l'altitude ? Ivresse des cimes ? Il s'agit simplement de la cabane de Lourdes située à seulement quelques encablures de là, dans la vallée de la Canau. Là, nous sommes accueillis par un agréable rayon de soleil qui nous incite à pique-niquer au bord du ruisseau, bercés par sa petite musique rassérénante. Cette "tâche" tranquillement effectuée, nous reviendrons vers le parking avant de nous retrouver tous, niveaux 2 et 3, sur la place du village de Gèdre où, comme vous le verrez sur les photos, nous avons nos habitudes.

 

Fin

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude
commenter cet article

commentaires