Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 21:15
Le tour des lacs ? Daillousse mais Olibon coumme là-bas !

Ce samedi 27 juin, l'objectif est de faire le tour des lacs d'Ayous depuis la station espagnole d'Astun en se faufilant par le col des Moines 438 m plus haut. Les 12 mécréants du niveau 2 se sont donc tranquillement lancés, d'abord hors sentier pour se mettre en condition mais surtout pour faire plus direct. Certain(e)s ont remarqué que ça montait. Avant d'y parvenir, escale au bord du lac… Escalar, le premier de la journée. Un peu au-dessus, arrivée au col. Là, un névé barre le passage mais point de couvent, pas de moines et encore moins de nonnes. Du coup, pas de potion magique que certains avaient imaginé prendre en passant. Selon quelques esprits avisés, si les moines ne sont pas au col, peut-être sont-ils au pic juste à côté, seulement un peu plus haut. Un quintet s'est constitué pour y aller voir. Là-haut, l'espace est si réduit que le moindre moinillon eut sauté aux yeux et, malgré un horizon très dégagé, toujours pas de moines en vue. Il est vrai qu'en montagne, il peut arriver qu'il y ait de l'antimoine. Passé le col, le décor change complètement et on trouve un lac pratiquement derrière chaque virage. Certains portent un nom, d'autres sont anonymes. Finalement, en fin de journée, on pouvait en compter une douzaine. Avant de revenir côté espagnol, nous avons fait un détour par celui du Paradis. Comme personne ne pensait l'avoir mérité, nous sommes tous repartis vers l'enfer de la descente sur Astun.

Le tour des lacs ? Daillousse mais Olibon coumme là-bas !

Dimanche 28 juin : voir le cirque de Olibon et… en revenir.

Quand on parle de cirque, notamment en groupe, il faut s'entendre sur le sens qu'on lui donne. Ici, il s'agit d'une dépression semi-circulaire, à bords raides, d'origine glaciaire.

Ceci dit, j'y vais-t-y ? J'y vais-t-y pas ? L'inconvénient est que tantôt ça monte, tantôt ça descend et pas toujours quand et comme on voudrait. Enfin, après une série de zigs et autant de l'autre, on y parvient. On s'y installe même pour déjeuner sur l'herbe à l'ombre de gros rochers probablement pas arrivés là par un jour de grand vent. Pour le retour, il faut atteindre le lac d'Estaens ; nous le ferons par l'Ouest, ce qui permet une vue plus originale. Ensuite, l'itinéraire le plus pittoresque est le passage par l'échelle de fer pour atteindre le plateau d'Espelunguère 300 m plus bas et, de là, notre parking. Malgré les petits soucis rencontrés dans la descente, le groupe était de retour aux voitures à 17 h 05 pour une fin de randonnée annoncée pour 17 h. Du coup, le pot de fin de randonnée, que d'autres appellent "pot de convivialité", s'est tenu en deux temps : le pot un… et le pot deux. Ce qui est mieux que pas de pot.

En orientation, on parle parfois de Nord vrai. En randonnée montagnarde, on parle aussi de niveau 2 vrai. Ce fut le cas ces deux jours. Il en restera les photos et, peut-être, quelques bons souvenirs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude
commenter cet article

commentaires